Dernière MàJ : 15/11/17

Diagnostic du carcinome basocellulaire C449

 

Éléments clés

  • Cancer cutané le plus fréquent en France (incidence de 70 individus pour 100 000 habitants). 

  • Tumeur épithéliale développée aux dépens du tissu épidermique, survenant le plus souvent de novo.

  • Localisé uniquement à la peau, jamais sur les muqueuses.

  • Malignité locale.

  • Survient dans la grande majorité des cas après 50 ans chez les sujets à peau claire.

  • Favorisé par des expositions répétées au soleil.

  • Lésions localisées au niveau de la tête et du cou (dans 80% des cas).

  • Toute lésion lentement évolutive du visage ou des mains à partir de 40 ans doit attirer l’attention et faire rechercher à la loupe une  lésion nodulaire de petite taille avec plusieurs «perles» en périphérie.

 

Prise en charge

1/CBC nodulaire

Papule ou un nodule lisse, translucide, grisâtre et télangiectasique constituant la lésion élémentaire ou perle.

Croît progressivement et atteint une taille variable avec une périphérie faite de succession de perles.

La forme dite « à bordure perlée » ou « plan cicatriciel » constitue une variété de CBC nodulaire avec extension centrifuge.

2/CBC superficiel

Plaque rouge plane, bien limitée, à extension très lentement centrifuge.  

Parfois recouverte de petites squames ou de croûtes.

Les perles caractéristiques ne sont en règle générale pas visibles à l’œil nu.

Peut être multiple d’emblée.

Prédomine en zone de peau couverte.

3/CBC sclérodermiforme

Plaque dure, brillante, mal limitée et déprimée, souvent difficile à voir en l’absence d’ulcération et qui ressemble à une cicatrice blanche.

Évolue lentement de façon centrifuge.

Limites de la tumeur très difficiles à préciser.

Peut rester longtemps méconnu et finir par être très étendue.

 

Avis dermatologique rapide 

  • La prévention primaire consiste en  l'information sur l'exposition solaire :

       -prudence vis-à-vis du soleil en milieu de journée (60 % de la dose d’ultraviolets (UV) est reçue entre 12 et 16 heures),

       -privilégier la protection vestimentaire et comportementale,

       -utiliser les produits de protection solaire comme dernière ligne de protection (indice UVB supérieur à 15, étendu le plus possible dans le          spectre des UVA) et surtout pas comme un prétexte à d’augmenter la durée d’exposition,

       -limiter l’utilisation des lampes à bronzer.

  • L’auto-examen permet au patient d’examiner seul la totalité de sa peau (temps de réalisation : 15 minutes). Votre patient devra rechercher une lésion  cliniquement différente de ses autres nævus ou d’apparition récente ou évolutive dans sa taille, sa couleur ou son épaisseur.

       -Étape 1 L’examen direct : le patient devra examiner à l’œil nu les paumes de ses mains et pieds, ses ongles, ses doigts et ses espaces             entre les doigts des mains et des pieds, la face avant de ses bras et avant-bras, ses cuisses et ses jambes.

       -Étape 2 L’examen avec miroir en pied : le patient devra se placer devant un miroir en pied vertical et examiner sa peau de haut en bas. Il         tournera vers le miroir le côté gauche puis le côté droit de son corps, les bras levés à la verticale.

       -Étape 3 L’examen avec un miroir à main : pour les zones de peau non accessibles à la vue, le patient peut s’aider d’un miroir à main.                 Assis sur un tabouret, il surélève chaque jambe pour examiner la face interne, externe et postérieure du mollet et de la cuisse. La face               postérieure des bras, de la nuque, du dos, le cuir chevelu et la région génitale seront aussi examinées à l’aide du miroir à main. Le patient         peut également demander l’aide d’une personne de son entourage.

Sources

 

1."Carcinomes basocellulaires" Thérapeutique Dermatologique par Guillot B., Basset-Seguin N. et Renaud-Vilmer C. 13 février 2012.

2."Carcinome basocellulaire Recommandations pour la pratique clinique" Anaes 2004.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

dermatoclic.com © Copyright 2018. Tous Droits Réservés.